Anoraa

Bibliographie 

 

Henri Fabre est un pionnier à bien des titres. Tout d'abords pour avoir fait, le premier, voler un Hydravion. Ensuite pour avoir su analyser ses erreurs et celles des autres et remettre en question ses maquettes. C'est ainsi qu'il a pu faire un avion complètement différent des autres. Différent par sa voilure en "canard", par sa propulsion (les autres sont tractés), par ses flotteurs qui utilisent un matériau nouveau, le contre-plaqué.

Alors pourquoi Henri Fabre est-il tellement et si injustement oublié ?

Ni marin, ni aviateur, et pourtant les deux à la fois, il était trop en avance sur son temps. Certaines de ses inventions visionnaires ne seront reprises et exploitées que bien des années plus tard. Il n'a pas poursuivi une carrière, basée sur des exploits médiatiques, mais oeuvré, comme industriel, pour permettre à d'autres de les réussir et d'en récolter la gloire. Il était, et c'est une des ses grandes qualités, trop modeste et peu avide de gloire personnelle, mais seulement satisfait d'avoir réussi "quelque chose de chic pour son pays".

Henri Fabre

Dans son livre, “HENRI FAVRE, marin pionnier de l’air“, publié, en 2000 (Ed. Sciriolus), sous son nom de plume “Eric Gauché-Cottavoz“ - il est également poète et photographe ayant publié plusieurs recueils - le Cdt(H) René Cottavoz, qui rencontra plusieurs fois Henri Fabre, nous raconte la jeunesse, l’histoire des tâtonnements, des essais et enfin de l’exploit de son héros.

L’ensemble est complété par un lexique des termes aéronautiques indispensables et par un court historique des progrès de l’aviation et des héros de cette époque, enthousiastes et aventureux faucheurs de marguerites.