IV. LES PERSONNELS

par le Cdt(h) René COTTAVOZ

 

Afin de déployer rapidement les EALA, un système de parrainage est institué pour chaque escadre de chasse restée en France pour assurer les missions de surveillance du ciel et de défense de l’espace aérien français en coopération avec l’OTAN. Chaque escadre prélève sur son personnel les pilotes et les mécaniciens nécessaires à la formation de deux escadrilles légères. Ces personnels, détachés de l’escadre, assurent un tour d’opération, en général d’un an (deux mois de transformation sur avions légers et dix mois de service opérationnel). Par exemple à Tébessa, la 9ème Escadre de Chasse de Metz parraina l'EALA 7/72, des "Museau", jusqu’à son transfert à Telerma où elle constitua l’escadron 3/9, et la 3ème Escadre de chasse de Reims parrainait l'EALA 4/72 des "Chenil".

Le commandement a donc rapidement à disposition les pilotes de combat opérationnels et les mécaniciens déjà formés qui assurent l’encadrement des équipes. La brièveté du séjour empêche les pilotes de “perdre la main“ et le roulement au sein des escadres évite un sentiment de rejet, d’autant que, durant leur séjour en AFN, les pilotes effectuent de nombreuses heures de vol (souvent de 3 à 4 fois plus qu’en escadre) et un travail qui demande initiative et maturité.

Chaque escadrille comporte trois catégories de personnel :

1 - Le personnel navigant :

Les navigants sont des officiers et des sous-officiers chefs de patrouille détachés et des officiers de réserve, en période volontaire annuelle d’un à trois mois, des pilotes élémentaires d'active (PEA) et des PER (pilote élémentaire de réserve) formés à Marrakech.

Les pilotes : (6 à 8 par escadrille + 1 à 2 PER)

Tous les pilotes passent, avant l’affectation opérationnelle, au CIAL de Blida où ils sont familiarisés avec le pilotage du T6 armé, le pilotage près du relief et les missions qui seront les leurs. Suivant leur formation, ils ont un brevet de Chef de Patrouille de l’aviation légère (CP), ou sous chef de patrouille (SCP). Ces derniers peuvent voler en solo pour des missions de liaisons, ou Equipier (E) qui ne peuvent voler qu’avec un CP.
Les PER restent équipiers durant tout leur service.

Les observateurs : (2 à 4 par escadrille)

Les observateurs, spécialité disparue depuis 1945, sont recrutés parmi les officiers, les officiers de réserve et les EOR. Les EOR (Elève Officier de Réserve) après une première phase d’instruction militaire, font acte de volontariat pour cette spécialité. Ils sont formés au Centre d'Instruction de l'Aviation Légère d’Aulnat, puis, dès 1958, à Caen-Carpiquet. Au sortir de cette formation, suivant leur classement, ils sont officiers (aspirant, puis sous lieutenant) certifiés puis brevetés “Observateur“, ou sous-officiers (caporal-chef puis sergent) certifiés puis brevetés “Mitrailleur“.

2 - Les équipes de mécanos et armuriers :

Elles sont commandées par un jeune officier mécanicien d’active, assisté d'un adjudant-chef. Ces équipes sont composées de mécaniciens brevetés issus des escadres et transformés à Blida sur avion à hélice. Les effectifs sont complétés par des hommes de troupe ou sergents certifiés du contingent effectuant leur service national. Ils assurent le maintien des avions en ordre de marche (Niveaux 1 et 2) et les premières réparations suite à des impacts de balles.

Mecanos
1960 – TEBESSA - Mécanos sur T6G

3 - Le personnel administratif :

Le personnel administratif est limité à 3 ou 4 personnes. En général, pour l’administration des personnels, un sous-officier d'active et 2 caporaux ou sergents appelés et, en plus, pour le magasin des équipements PN un sous-officier “fourrier“.